« (…) Il jouait du piano debout
 C'est peut-être un détail pour vous
 Mais pour moi, ça veut dire beaucoup
 Ça veut dire qu'il était libre
 Heureux d'être là malgré tout
 Il jouait du piano debout (…)
» (France Gall)

Si la manière de jouer dépend des envies des uns et des autres, il n’en demeure pas moins qu’afin que la « musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots » (Richard Wagner), il convient d’être accompagné d’un instrument, et du bon. C’est même indispensable pour apporter sa touche personnelle en rejouant les compositions de Debussy, Brahms, Tchaïkovski ou encore Chopin et obtenir la reconnaissance suprême lors du concours international de piano pour les plus passionnés. Et parce que le piano est bien plus que cela, « il doit être un ami, c’est-à-dire un confident » (Félix Leclerc), gros plan sur les astuces pour bien choisir son piano. 

À la quête du piano idéal

Afin que la pratique et la progression soient des plus agréables, il est des critères à prendre en compte au moment de choisir. Mais tout d’abord, la clé est de se rapprocher d’un spécialiste dans la vente de piano, c’est évident. 

Type de piano

Les puristes opteront en règle générale pour un piano acoustique. Et pour cause, le contact du bois, la corde qui vibre notamment sont autant de sensations qui permettent de ressentir les notes, les accords et de faire corps avec la mélodie. Il existe également des pianos numériques dont l’imitation du toucher piano sont surprenants tant ils sont réalistes. Dans les deux cas, à l’image d’une paire de chaussures que l’on essaye avant d’acheter, il est important de jouer pour savoir si le piano convient. En pianotant quelques notes, il doit tenir l’accord.

Marque

Côté marque, il est vrai que certain plus que d’autres sont un bon indicateur de qualité de fabrication. En général, il faut opter pour une bonne manufacture de pianos à l'image de Pleyel, de Gaveau, d'Erard, de Beschstein, de Steingraeber, de Grotrian, d'Hermann, de Seidl & Sohn notamment. Les Rolls étant fabriqués par les manufactures Fazioli, Steinway & Sons et Bösendorfer.

Composants de l'instrument

Ensuite, le fait de connaître les différents composants du piano permet de cibler de manière plus pertinente le piano. Il est important de tester la rapidité, la précision et le confort des pédales. En effet, l’apprentissage du piano demande certes de jouer sur le clavier, mais aussi et surtout, de pouvoir coordonner les deux mains et le pied qui travaille sur les pédales pour donner les effets d’échos. Mieux vaut alors s’assurer qu’elles conviennent. Même si cela peut sembler être une évidence, il faut ABSOLUMENT vérifier le clavier. Les débutants opteront dans un premier temps pour un clavier souple, les touches étant en effet plus faciles à enfoncer, ce qui demande moins d’effort de concentration. La position du pupitre est également importante, le pupitre est d’ailleurs un accessoire indispensable au pianiste. S’il permet de poser les partitions et faciliter la lecture de ces dernières, il ne doit pas gêner lorsque l’on joue voire être mal position et faire que la partition tombe. 

Finalement, aucun détail ne doit être laissé au hasard. Le choix doit être minutieux, car c’est un investissement à long terme. Et surtout, la pratique du piano doit rester un plaisir, autant qu’il convienne tant que le plan esthétique, sonore que tactile. Pour finir, l’instrument ne se suffit pas à lui seul, il faudra également penser à la banquette, au métronome, à la lampe et à son entretien notamment. En effet, le piano se doit d’être accordé au minimum une fois par an.