Parmi les loisirs les plus courants des français, on trouve encore la chasse comme la pêche. Certes ces pratiques sont moins courantes qu'il y a ne serait-ce que quelques décennies, pourtant il existe encore bon nombre de chasseurs comme de pêcheurs sur le territoire français. Se promener dehors, se confronter au temps parfois assez rude, et se plonger véritablement dans la nature, voilà le cœur de ces passions. Contrairement à ce qu'aiment en dire certains détracteurs, il ne s'agit nullement de désir de brutalité ni encore de vouloir tuer purement et simplement. Il faut prendre du recul avec ces clichés et se rendre compte que la pêche comme la chasse, c'est d'abord et avant tout l'amour de la nature, de la faune comme de la flore.

Garder les pieds sur terre

Lorsque l'on est pêcheur, il est vrai que l'on aime revenir avec une belle prise, un poisson que l'on va ensuite prendre le temps de préparer pour pouvoir le déguster. Quel régal que de manger du poisson qui soit vraiment frais, et non pas décongelé comme on le trouve malheureusement trop souvent. Si certains pêcheurs sont plus prolifiques que d'autres, ou plus talentueux, il n'en reste pas moins que l'on n'est pas en mesure aujourd'hui de connaître le nombre de poissons pêchés dans les eaux françaises par les pêcheurs amateurs. De façon à remédier à ce soucis, le carnet de prélèvement pour la pêche de loisir a été mis en place.

Le carnet de prélèvement

Les populations de poissons sont surveillées, contrôlées, vérifiées, elles sont donc connues, elles et leurs évolutions, au fil des années. Il en va de même pour toutes les populations animales, surtout pour celles dont on consomme la chaire. Les professionnels de la pêche en mer, comme les chasseurs amateurs par ailleurs, ont donc une obligation de limiter leurs prélèvements. C'est une mesure qui montre à quel point on a le soucis de préserver les populations animales, dont on prélève en chassant ou en pêchant un certain nombre de spécimens. L'humanité va de l'avant, dans le respect de son environnement, et c'est tant mieux !